Les enjeux de la transcription, comment bien transcrire un enregistrement audio ou vidéo ?

La transcription de ses enregistrements audios et vidéos est aujourd’hui un indispensable. Le sous-titrage vous permettra de toucher un public plus large, d’autant plus si les textes sont traduits.

Transcription audio et vidéo : qu’est-ce que c’est ?

L’action de transcrire quelque chose part tout d’abord d’un enregistrement.

En effet, la transcription est une méthode permettant la conversion d’un enregistrement vocal audio ou vidéo en un texte écrit. On peut demander de transcrire plusieurs types de fichiers lors d’événements, comme une réunion, une interview, ou de manière générale un échange entre plusieurs personnes.

Cette technique semble devenir une méthode de plus en plus utilisée au sein des entreprises. Elle s’effectue notamment grâce à des méthodes variées selon les besoins et les objectifs visés. L’évolution des nouveaux dispositifs d’enregistrement permettent à tous de transcrire du contenu facilement, rien qu’avec son smartphone.

Les différents types de transcription d’enregistrement audio ou vidéo

Le domaine du sous-titrage est grand et permet de couvrir une large palette de contenu. Tout va dépendre de l’enregistrement dont il est question. 

Il convient donc au professionnel de prendre en compte le type de contenu dont il s’agit, afin de proposer la transcription la plus adaptée. Voici les principaux types de transcription que l’on peut retrouver :

La transcription intégrale

La transcription intégrale ou encore appelée “verbatim” est celle qui va s’intéresser à l’intégralité de l’enregistrement audio. Le transcripteur va donc devoir travailler tout le contenu et prendre en compte tout ce qui a été dit. Dans ce cas-là, il s’agit d’une transcription mot-à-mot. Les hésitations, les onomatopées, les fautes de français, les rires ou encore les répétitions sont donc transcrites. Toutefois, le texte ne doit pas non plus contenir de fautes d’orthographe.

La transcription reformulée

Aussi appelée “transcription épurée”, cette méthode est bien plus pointilleuse quant au niveau et style de langage employé. C’est une version améliorée de la transcription intégrale visant à rendre le texte plus fluide à sa lecture, grâce à des corrections des erreurs de syntaxe. Elle vise à éviter les bruits inutiles (hésitations, rires etc). Ce type de transcription doit nécessiter des compétences irréprochables en matière d’orthographe, de grammaire, de conjugaison et de syntaxe.

La transcription synthétisée

Ce modèle de transcription est bien différent des deux précédents. En effet, elle consiste pour le transcripteur à écouter intégralement l’enregistrement audio ou vidéo, et de réaliser un bref résumé du contenu. La longueur de celui-ci dépendra du souhait des clients, et est généralement bien moins longue qu’une transcription intégrale ou épurée. 

De plus, plus le client demande un résumé court, plus le prix de la transcription sera élevé. Cela s’explique par le fait que compresser un contenu demande une forte capacité de synthèse et une maîtrise linguistique exemplaire.

La transcription vidéo, les enjeux expliqués par MyBrian.fr, plateforme de traduction professionnelle

Quelles compétences pour transcrire un enregistrement audio ou vidéo ?

Transcrire un enregistrement peut paraître simple. Vous pensez sûrement qu’il suffit de mettre à l’écrit ce que l’on entend. Jusque-là, apparemment rien de très compliqué. Or, c’est un métier bien plus complexe que l’on ne le pense. Il requiert de la part du transcripteur de nombreuses qualités et compétences : 

Tout d’abord, un transcripteur doit avoir beaucoup de patience. Écouter attentivement un enregistrement dans les moindres détails est très long et nécessite du temps, du calme, de la concentration et beaucoup de rigueur. Le traducteur se doit également d’être discret sur le contenu à traduire afin de respecter le secret professionnel. 

Ensuite, comme abordé dans cet article, chaque secteur d’activité détient une sémantique et un lexique unique. Le transcripteur doit alors disposer d’une bonne culture générale, lui permettant d’aborder différentes thématiques. Des mémoires de traduction et glossaires peuvent en revanche être très utiles pour le traducteur. Cela lui permettra d’aller plus vite, tout en respectant le lexique de votre entreprise et secteur d’activité. 

Enfin, le traducteur doit avoir des compétences et une maîtrise technique du logiciel de reconnaissance vocale, des outils de transcription et de TAO. 

Combien de temps pour transcrire un enregistrement audio ou vidéo ? 

Pour transcrire un enregistrement audio, deux méthodes sont possibles. Le sous-titrage manuel et la transcription automatique. La transcription automatique est généralement plus utilisée que la méthode de transcription traditionnelle de prise de note car beaucoup plus rapide et précise.

Les difficultés de la transcription : privilégier l’intelligence artificielle ou l’humain ? 

En effet, un dactylo professionnel tape en moyenne 70 mots par minute. À cette allure, la transcription d’un fichier audio ou vidéo d’une heure prendrait entre 4 et 5 heures. 

Or, il y a d’autres facteurs à prendre en compte, en plus de la durée de l’enregistrement et de la rapidité à taper sur son clavier du dactylo. Il faut prendre en compte : 

  • Le nombre de locuteurs dans l’enregistrement. En effet, si le dialogue est croisé entre plusieurs personnes, alors le travail de transcription est plus long. Il faut distinguer qui parle et s’adapter au langage de chacun. 
  • La clarté de l’enregistrement. Si l’audio est enregistré dans un environnement saturé (travaux, open space, extérieurs…), alors les perturbations et interférences vont rendre plus laborieux et long le travail de transcription. 
  • La cadence et l’élocution du/des protagoniste(s) sont très importantes. En effet, si les personnes dans l’enregistrement parlent vite, marmonnent, ont un fort accent, s’expriment en articulant peu… Alors le travail de transcription devient un vrai travail de déchiffrage. D’où l’importance d’un bon micro pour que l’enregistrement soit le plus clair possible. 

Tous ces éléments rendent le travail de transcription plus long. En revanche, si vous utilisez un transcripteur automatique, la transcription de votre enregistrement sera beaucoup plus rapide. Pour un fichier audio de 30 minutes, une transcription automatique peut être réalisée en moins de 5 minutes. Mais attention ! Il sera indispensable de bien relire tous les sous-titres transcrits par la machine. Un transcripteur automatique ne connaît rien de votre secteur d’activité. Il n’a pas le lexique et la sémantique de votre entreprise. 

Si vous ne relisez pas les sous-titres transcrits automatiquement et les envoyez directement en traduction, alors vous risquez d’être surpris et déçu du résultat. De plus, si vous confiez une transcription approximative au traducteur, celui-ci va devoir déchiffrer les non-sens de la transcription automatique ! 

Conclusion

Pour conclure, sous-titrer ses vidéos et enregistrements audios est devenu indispensable aujourd’hui. D’une part, pour les personnes mal entendantes. D’une autre, les usages et habitudes des utilisateurs changent. D’après une étude semrush de 2020, 85% de vidéos sont regardées sans le son et seulement les sous-titres sont lus. Alors à vos claviers ! Il est temps de sous-titrer ! 😉

Commandez une traduction. MyBrian trouve le traducteur.

Choisissez vos conditions, passez commande et soyez à l’heure.