La post-édition, quand faire appel à un traducteur post-éditeur ?

Le métier de traducteur ne consiste plus seulement à traduire des documents. Avec l’arrivée des logiciels de traduction automatique comme Google Translate ou Deepl, et l’apprentissage des langues de plus en plus prégnant, chacun pense pouvoir traduire ses documents rapidement et facilement et sans faire appel à un traducteur professionnel. 

La traduction automatique peut être très pratique, rapide et la plupart du temps gratuite. En revanche, ce n’est pas la solution la plus fiable si vous souhaitez une traduction précise, qui respecte le ton de votre document et emploie des termes techniques spécifiques. De plus, si vous choisissez de traduire vous-même un document ou d’utiliser un logiciel de traduction automatique, alors l’intervention d’un natif peut être nécessaire (voire obligatoire). Il faut que le contenu traduit soit clair et compréhensible dans la langue de destination.

De fait, les traducteurs professionnels sont de plus en plus sollicités pour des travaux de relecture qu’on nomme dans le métier de la traduction : la post-édition. Lors d’un travail de post-édition, le traducteur a pour objectif de réviser le contenu traduit par un logiciel de traduction automatique ou par une personne non-professionnelle.

Post-éditer un document, comment ça marche ?

La post-édition a pour but d’augmenter la productivité des traducteurs pour répondre aux besoins actuels du marché de la traduction. Traduire plus, plus vite et moins cher sont aujourd’hui les priorités du marché. 

Pour être efficace, post-éditeur part du principe que parfois, le client peut tolérer un certain niveau de “langage artificiel”. C’est tolérable si le texte reste intelligible, exact et grammaticalement correct. Le style rédactionnel n’est pas repris.

Le post-éditeur doit :

  • Corriger les erreurs de grammaire et de syntaxe (mauvais accords, ordre des mots, conjugaisons, etc.). 
  • Reprendre les fautes d’orthographe et erreurs de ponctuations
  • Vérifier les défauts structurels comme les contresens, les terminologies mal traduites ou non respectées, etc.

 

La post-édition ne s’applique pas à tous les types de documents et traductions. Les documents hautement rédactionnels ou à structure libre ne sont pas post-éditables. Les textes littéraires, la poésie et l’édition en général ne le sont pas non plus.

En revanche, Le travail de post-édition se fait surtout sur les documents très spécialisés et techniques. Les terminologies, la syntaxe et la structure du fichier à traduire sont très précises grâce aux TAO et mémoires de traductions. Dans certains domaines industriels, on parle même de “langues contrôlées”.

De plus, il existe deux types de post-édition. La post-édition dite “brute” et la post-édition dite “évoluée”. Chaque technique de post-édition est utilisée par le traducteur selon la nature du document, sa complexité et la technique de traduction. Surtout si le document a été traduit par un logiciel de traduction automatique ou par un traducteur professionnel

la post édition - MyBrian plateforme de traduction professionnelle
la post édition – MyBrian plateforme de traduction professionnelle

La post-édition “brute” et “évoluée”, quelles sont les différences ?

Les acteurs de la post-édition sont multiples et divers. On compte les grands comptes et grandes institutions, les éditeurs et fournisseurs d’outils adaptés à la post-édition, les agences de traduction ainsi que de localisation proposant des services de post-édition, et bien entendu, les post-éditeurs (les traducteurs et linguistes).

La post-édition brute.

La post-édition brute consiste à compléter, modifier, corriger, remanier, réviser et relire directement un texte produit à l’état brut par un outil de traduction automatique. C’est la traduction automatique de documents informels et à usage interne. Des circulaires, e-mails ou encore des rapports sont des exemples de documents informels. 

Ce travail de post-édition brute peut être réalisé par des assistants multilingues ou des traducteurs qui vont chercher à aider à la compréhension dans les grandes lignes du document. 

En revanche, si le document traduit est un document destiné à être publié, alors le traducteur expert peut se questionner sur la pertinence de la traduction automatique. En effet, un document officiel doit être traduit par un traducteur professionnel pour un meilleur travail de traduction. De plus, si la traduction automatique du document officiel est approximative, le traducteur post-éditeur doit retravailler toute la traduction du document. Il perd alors du temps et de l’argent. 

La post-édition évoluée.

La post-édition évoluée consiste à compléter, modifier, corriger, remanier, réviser et relire un texte traduit par un système qui associe la traduction automatique (TA) et la traduction assistée par ordinateur (TAO). 

La TAO désigne tous les outils informatiques mis à disposition des experts linguistes. Ces outils facilitent leur travail de traduction. La traduction assistée par ordinateur n’a donc rien à voir avec la traduction automatique. Celle-ci consiste à traduire un document par un logiciel de traduction tel que Google Translate ou DeepL. De plus, l’association traduction automatique et traduction assistée par ordinateur permet de combiner les mémoires de traductions, les bases de données terminologiques et le système de traduction automatique utilisé. 


N’étant pas irréprochable, ce processus de traduction accélère et facilite le travail du post-éditeur contrairement à la post-édition brute. Aussi, le texte à post-éditer est beaucoup plus facile à comprendre.

La post-édition évoluée permet de : 

  • Réviser les phrases issues de la mémoire de traduction préalablement traduite par des traducteurs experts,
  • Mettre à jour la mémoire de traduction,  
  • Harmoniser, coordonner et articuler le texte à traduire 

Contrairement à la post-édition brute, la post-édition évoluée apporte de véritables avancées dans le domaine de la traduction. Elle associe les outils de traduction automatique par ordinateur (TAO), le savoir-faire des experts linguistes, les mémoires de traduction ainsi que la traduction humaine.

Pour conclure, la post-édition est un service de traduction qui permet une traduction juste, mais pas parfaite de vos documents à traduire. Même si la post-édition évoluée permet une traduction beaucoup plus précise et exacte, une traduction 100% humaine reste à privilégier !

En savoir plus sur la transcréation

Commandez une traduction. MyBrian trouve le traducteur.

Choisissez vos conditions, passez commande et soyez à l’heure.