L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est logo_mybrian_HD.png.

Dossier de presse

Date de publication : 25 juin 2020

Après une période de lancement de plus de deux années, la plateforme de traduction  MyBrian peut se satisfaire d’un premier bilan positif. L’entreprise spécialisée dans la traduction professionnelle d’urgence passe son premier cap avec succès et attire les utilisateurs et les traducteurs séduits par un modèle à la fois innovant et « fair ».

Sommaire :

  1. L’entreprise en quelques mots et quelques chiffres
  2. L’objectif de la plateforme MyBrian, donner le pouvoir à l’utilisateur et au traducteur
  3. La start-up qui s’assume en tortue
  4. L’alternative entre la traduction traditionnelle et l’IA
  5. Les coulisses de MyBrian
  6. « Pour vous, MyBrian c’est quoi ?… », les utilisateurs répondent à la question

L’entreprise en quelques mots et quelques chiffres

Les créateurs :

Géraldine Godurowski

Immergée dans l’interculturel au sein des fonctions achats puis marketing avant de fonder MyBrian.

Erin Salmon

Néo-Zélandais débarqué en France, entrepreneur dans les métiers du web et de l’informatique.

« Au secours Pamela ! »

Confrontée quotidiennement à l’utilisation de l’anglais dans son travail Géraldine Godurowski interrogeait régulièrement par Skype sa collègue anglaise Pamela, pour s’assurer qu’elle ne commettait pas de contresens qui auraient pu être lourds de conséquence dans ses négociations professionnelles.

A force d’appeler Pamela au secours, Géraldine a eu l’idée de créer une plateforme d’assistance personnalisée de traduction sur le pouce, pour des traductions urgentes.

Erin Salmon, entrepreneur néo-Zélandais a rejoint l’aventure à ses débuts.
Le tandem a mis sa complémentarité culturelle et professionnelle au service de la solution MyBrian.

Le service : 

Date de création : 2017
Prix et récompenses : Lauréat Big Booster  2018

Plateforme spécialisée dans la traduction professionnelle d’urgence. 
Choisir en 3 clics son délai, son prix
Intermédiation : client /  traducteur très qualifié

Les mots clés : urgence, sécurité, éthique, confidentialité, self-service,
réactivité, simplicité, autonomie, collaboratif.

Clients :



Panier moyen :

Juridique

Marketing Communication

L’objectif de la plateforme MyBrian, donner le pouvoir à l’utilisateur et au traducteur

La plateforme MyBrian a construit son modèle sur l’usage plus que sur la technologie numérique qui en est l’outil. La co-fondatrice insiste : 

« L’innovation se trouve dans la manière de commander sa traduction. Il est clair que  le développement technique de notre plateforme numérique comme outil intuitif et ludique est au cœur de notre service, mais la mise en relation d’un client et d’un traducteur représente l’atout majeur de notre offre ». 

Le contrôle donné au client

La traduction est un besoin qui n’est pas toujours anticipé par le collaborateur. Les traductions courtes, dans l’urgence, nécessitant cependant une qualité irréprochable, sont fréquentes dans l’environnement professionnel.

Avec MyBrian, le client est aux manettes, il choisit son prix, son délai et peut même chatter avec son traducteur (100 % humain !). 

Le client peut jouer avec le curseur pour décider s’il souhaite privilégier l’économie ou le délai. Un clic, et le traducteur prend le relais.

« Dans notre métier, nous avons souvent besoin de traductions très courtes, de quelques lignes. Je suis décomplexée d’utiliser la plateforme pour un post à traduire ou un slogan, quand je sais que l’enjeu est de taille. Pour autant, je serais gênée de faire appel à un prestataire traditionnel pour si peu… MyBrian, c’est plus simple et flexible, sans minimum de commande » constate Sophie, directrice d’une Agence de communication. 

« L’idée de MyBrian était de faciliter la mise en relation directe avec un traducteur qualifié. »

Géraldine Godurowski

La liberté offerte au traducteur 

De son côté, le traducteur bénéficie d’une plateforme conviviale et flexible qui lui permet de se voir proposer à toute heure via son smartphone ou son ordinateur une demande de traduction conforme à ses compétences. Qu’elle soit de quelques lignes ou de plusieurs pages, la demande entrante est une source de revenus faciles et sans stress pour le traducteur professionnel. Le traducteur organise son planning et choisit de prendre en charge la prestation. Une alerte notifie en temps réel la demande de service de traduction.

Les deux parties peuvent communiquer via la plateforme pour apporter des précisions. L’outil est un facilitateur pour une intermédiation performante et humanisée. 

Un modèle gagnant / gagnant pour  l’utilisateur et le traducteur

Le modèle est construit sur un objectif de rémunération au dessus de la moyenne pour les traducteurs et un prix au mot plutôt inférieur au prix moyen du marché pour le client.

Faire du B2B équitable était un des challenges de départ. L’urgence se paie plus cher et elle est répercutée directement sur le traducteur qui peut choisir.

Les marges raisonnées de la plateforme sont compensées par un volume facilité par la technologie.

La start-up qui s’assume en tortue

Les premières années de MyBrian n’ont pas été consacrées à séduire les investisseurs pour lever des fonds. Les co-dirigeants ont choisi de mettre toute leur énergie à comprendre les besoins des utilisateurs. Un travail de co-construction avec les clients et les équipes mobilisées sur le projet a permis d’affiner le service et de proposer un outil performant.

Pas de levée de fond spectaculaire, mais une avancée pas à pas, sereine et courageuse. 

« Durant ces 2 années, nous avons fait évoluer chaque jour notre plateforme, aux côtés de clients qui nous ont fait très rapidement confiance, séduits par l’outil. L’expérience utilisateur était cruciale et dans le même temps, nous devions pouvoir attirer des traducteurs professionnels ultra compétents » remarque Géraldine Godurowski.

L’étape suivante et ambitieuse pour un développement international pourrait nécessiter le recours aux investisseurs.

L’alternative entre la traduction traditionnelle et l’IA

Avec l’intelligence artificielle, Shakespeare en français se serait appelé : «Guillaume remue poire » et « Jambon laissé » (Ham-let) en serait son œuvre !*

Innovante et exigeante, la solution MyBrian met au service des professionnels, des intelligences qui n’ont rien d’artificiel. 

 « Le marché est très réceptif à l’outil qui met l’innovation au service d’une relation humaine, ce qui renforce la qualité et la performance de la traduction » remarque Géraldine Godurowski.

Les vertus de l’intelligence artificielle pour la traduction ne sont pas remises en cause par les équipes de MyBrian qui assurent ne pas être sur le même marché. 

Mais l’on connaît les dangers de l’IA pour des traductions professionnelles qui ne pourraient supporter des erreurs risibles pour certains, mais lourdes de conséquences pour d’autres. Les subtilités culturelles et linguistiques ne supportent pas d’approximation et les enjeux économiques ou d’images pèsent largement dans la balance. 

*La version de Hamlet revisitée par la « détourneuse de livre » Davina Sammarcelli  avec l’aide de Google Traduction : -Jambon laissé de Guillaume Remue poire 

Les atouts de MyBrian par rapport à une société de traduction classique :
l’ajustement précis à l’urgence et la simplicité de la prise de commande.

Patrice Berger-Perrin
En charge de la communication institutionnelle Renault Trucks

Les coulisses de MyBrian

Qu’est devenue Jenny, la sœur de Brian ? Toujours « in the Kitchen » ? 

Mais non ! Jenny a 40 ans, elle est active, indépendante et « Briante » traductrice.

Pourquoi MyBrian ?

C’est une réponse à la mémoire collective de toute une génération de collégiens Français, pas toujours brillants en anglais mais marqués par cette question obsédante de leur jeunesse : Where is Brian ?

Les interrogations de MyBrian :

« Pourquoi ce sont souvent les meilleurs en anglais qui demandent des traductions ? »


Et le lièvre et la tortue ?

La morale de l’histoire : l’anticipation permet d’économiser

Au fait, les clients sont plutôt lièvres ou tortues ?

« Ils préfèrent souvent aller plus vite et payer plus cher, donc, lièvres… »

Qui se cache derrière MyBrian ?

Géraldine Godurowski
CEO
Customer success

Perrine Dubourg
Création
artistique

Béatrice Maillot
Communication
Marketing digital

Julie Rouxel
Community
management

Alan Twohill
Développeur
web et mobile

« Pour vous, MyBrian c’est quoi ?… », les utilisateurs répondent à la question

Pour tous ceux qui ont la modestie de savoir qu’une mauvaise traduction peut être dévastatrice, à l’instar de notre « Delicious » Président Macron, cette appli est ludique, pratique et permet de choisir le budget.

La formule que vous proposez fait preuve d’un vrai professionnalisme. J’avais peur de l’approximation ou d’un ton trop « générique ». La traductrice a été très impliquée dans son travail en me posant des questions précises sur l’utilisation et le contenu de mon texte.

Si c’est urgent, je ne me sens pas coupable de demander rapidement, c’est intégré à l’histoire. J‘accepte un prix plus élevé parce que je le choisis.

Le fait de décider moi de la façon dont je vais gérer le curseur. Je reçois tout de suite la confirmation de livraison, c’est agréable de ne pas avoir à relancer.

On n’est pas soumis au bon vouloir du
prestataire qui dira « je vous le fais pour dans huit jours »
ou « je vous le fais pour demain ». L’immédiateté et la liberté sont très appréciables
.